« Promouvoir le sport auprès des personnes qui n’en font pas ou qui ont des difficultés à en pratiquer » voilà le leitmotiv de l’association Aller Plus Haut ! Madame Laurence Munoz, présidente de l’association, a accepté de nous en apprendre plus sur cette belle structure !

AnimaNews : Pouvez-vous vous présenter ?

Laurence Munoz : Je suis Laurence Munoz, je suis présidente d’une petite association qui s’appelle Aller Plus Haut, structure dédiée notamment aux personnes en situation de handicap mais pas exclusivement.

L’association a été créée en 2011 en collaboration avec deux autres personnes, Joséphine Sailly et Éva Lourdel.

AN : Votre association propose des activités physiques à des enfants en situation de handicap. Pouvez-vous nous en dire davantage ?

LM : Nous avons augmenté le nombre de créneaux au fil des années. Le premier créneau était le mercredi après-midi où nous avons proposé un parcours moteur avec des jeux basés sur la motricité fine. Nous encadrons principalement des personnes en situation de handicap mental. Il s’agit plus rarement de handicap moteur. Par la suite, nous avons développé des créneaux pour les adultes : le lundi soir nous proposons des jeux de raquettes et de ballons, ainsi que du fitness adapté le mercredi soir. Nous essayons d’ouvrir à des personnes qui ne pratiquent pas de sport pour mixer les pratiques handi-valides.

AN : Disposez-vous de certifications spécifiques pour votre activité ?

LM : Effectivement, pour encadrer l’activité de l’association nous disposons au minimum d’une licence STAPS activité physique adaptée qui permet de s’adapter à tout public et en particulier à des publics présentant des pathologies.

AN : Où se déroulent les ateliers ?

LM : La ville met gracieusement à notre disposition des gymnases municipaux pour pratiquer. Pendant longtemps nous étions au gymnase du STAPS à l’université, aujourd’hui nous sommes au gymnase des Cailloux le mercredi après-midi de 14h45 à 16h45. Le lundi soir et le mercredi soir en revanche, nous sommes au gymnase Marinot à la Mivoix.

AN : Comment le projet est-il né ?

LM : D’une conférence que j’ai entendue à Nancy. Elle concernait l’accueil de personnes en situation de handicap et de leurs parents. Cette conférence évoquait le fait que ces personnes sont essentiellement amenées à rencontrer le milieu médical et sont souvent isolées. L’idée était de rassembler les parents, créer un espace de parole, puis de permettre aux enfants de progresser sur le plan moteur, les gestes quotidiens, etc. La volonté est vraiment d’améliorer le quotidien des familles.

AN : Combien êtes-vous dans l’association ?

LM : Actuellement nous sommes à 18 licenciés. Nous essayons d’avoir un encadrement « un pour un ». Lorsque nous sommes avec des enfants autistes, il y a un encadrant qualifié et nous cherchons à ce qu’il y ait également des auxiliaires de vie associative, des services civiques d’Unis-Cité, des lycéens… Nous devrions développer de nouveaux créneaux l’année prochaine, notamment pour le projet vélo-handicap.

AN : Tout cela demande des moyens. Avez-vous des partenaires ?

LM : Nous disposons de subventions de la municipalité de Calais. Nous essayons de répondre à des appels à projet comme celui du Conseil Départemental « Ouvrez votre club », le projet sportif fédéral du ministère jeunesse et sport, le budget citoyen…

D’autres exemples de projets de l’association :

  • « J’me bouge » → jeux de raquettes et de ballons
  • « Forma’ forme » → fitness adapté
  • « Les frimousses » « Les explorateurs » « Les dégourdis »→ éveil de l’enfant (trois catégories d’âge)
  • « Les épanouis » → prise en charge des femmes enceintes (stade prénatal et postnatal)
  • « Les fous du biclou » → projet vélo-handicap
  • « Cultiv’ santé » → bien-être mental

 » L’association Aller Plus Haut assure un encadrement et des activités sportives adaptées pour les enfants ayant des problèmes moteurs. Ici, il n’y a pas de compétition. Cela permet à nos enfants de ne pas se retrouver constamment en situation de frustration, ce qui pourrait les amener à se renfermer et à se mettre en retrait. Ils sont libres de participer ou non aux activités qu’on leur propose. Cela nous permet également de nous accorder un moment de répit, de nous retrouver entre mères et de passer un moment convivial. Parfois nous faisons des sorties à l’extérieur, comme aller au parc d’attraction. Cette association nous permet de nous entourer et de passer de bons moments tous ensemble. » – Témoignages de parents d’enfants de l’association.

 

N’hésitez pas à vous rapprocher de l’association par mail sur allerplushaut@laposte.net ou par téléphone au 06 89 39 84 68.

Catégories : Structures ESS

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.